Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Fin de règne pour l'Europe ?

    En 2015, l'Occident n'a été en mesure de faire face à aucun des défis liés aux problèmes globaux, que ce soit la crise migratoire ou la menace terroriste au Proche-Orient, conclut The Telegraph. Selon le journaliste du quotidien Christopher Booker, l'année 2015 a clairement démontré que l'hégémonie multiséculaire de l'Occident avait pris fin. "En 2015, nous avons assisté à un rare changement de pouvoir géopolitique. Confrontés à de nouveaux défis extérieurs, les dirigeants européens et américains n'avaient jamais eu auparavant une mine si perplexe et impuissante que celle qu'ils affichent actuellement", constate M.Booker. Selon le journaliste, l'Occident n'est en mesure de faire face ni à l'afflux de migrants, ni à la menace terroriste provenant du Proche-Orient provoquée par "les invasions remplies de vanité" en Irak, Afghanistan et Libye. En outre, Christopher Booker estime que le président russe a encore "mis l'Occident dans sa poche" en participant au règlement du conflit syrien et en soutenant le président syrien Bachar el-Assad. Le journaliste a également critiqué l'accord nucléaire "absurde" avec l'Iran, ainsi que l'accord conclu lors de la conférence COP21 sur le changement climatique à Paris. Selon le journaliste, l'Occident a lui-même inventé ce problème de toutes pièces, qui laisse froids la Chine et l'Inde. Ce n'est pas la première fois que les analystes mentionnent la décadence de l'Occident. Ainsi au début du siècle précèdent le philosophe allemand Oswald Spengler a publié son œuvre "Le Déclin de l'Europe", où il analyse le déclin de l'Europe durant et après les deux grandes guerres, quand elle est "entrée en dormition" écrasée militairement, politiquement et moralement, et par ses propres fautes. Néanmoins, selon Christopher Booker, le livre était très en avance sur son temps, le "déclin de l'Europe" ayant lieu actuellement.

  • L'Etat Islamique toujours plus agressif

    Le groupe djihadiste État islamique (EI) a menacé la Grande-Bretagne dans une nouvelle vidéo qui montre l'exécution de cinq « espions ». La vidéo, diffusée dimanche sur des sites djihadistes et rapportée par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE, débute avec les « aveux » devant la caméra de cinq hommes se disant originaires de Raqqa, la « capitale » de facto de l'EI en Syrie. Ils sont présentés par un djihadiste comme étant des « espions ». À Londres, le ministère des Affaires étrangères a réagi dans une brève déclaration affirmant être « au courant de la vidéo, [dont] nous examinons le contenu ». Sur la vidéo, les propos des cinq hommes ne permettent pas d'identifier le ou les pays pour le compte desquels ils sont accusés d'espionnage, mais un d'eux évoque la coalition internationale conduite par les États-Unis, qui lutte contre l'EI en Irak et en Syrie. Ils disent à tour de rôle avoir fait passer des vidéos ou des photos dévoilant les conditions de vie à Raqqa à des individus installés en Turquie, ou encore d'avoir surveillé les déplacements de combattants de l'EI. La séquence suivante montre les cinq hommes, vêtus de la tenue orange des détenus de l'EI, agenouillés devant cinq hommes cagoulés, tous vêtus d'un treillis militaire et armés d'un pistolet. « Ceci est un message pour David Cameron », le premier ministre britannique, affirme en anglais un des djihadistes: il est étonnant d'entendre aujourd'hui qu'un dirigeant insignifiant comme toi conteste la puissance de l'État islamique ». La Grande-Bretagne, qui bombardait les positions de l'EI en Irak, effectue depuis début décembre des frappes aériennes en Syrie. « Nous allons continuer à mener le djihad, franchir les frontières, et un jour nous envahirons votre territoire, où nous allons gouverner selon la Charia », lance le djihadiste. « À tous ceux qui veulent continuer à se battre sous la bannière de Cameron, [...]: Pensez-vous vraiment que votre gouvernement se souciera de vous lorsque vous tomberez entre nos mains? Ou vont-ils vous abandonner comme ils ont abandonné ces espions et ceux qui sont venus avant eux? », lance le djihadiste en désignant les cinq hommes agenouillés devant lui. À la fin de son discours, les cinq hommes sont exécutés d'une balle dans la tête. L'EI, qui depuis juin 2014 s'est emparé de larges pans des territoires irakien et syrien, a documenté systématiquement ses exécutions et de nombreuses attaques par des vidéos et une profusion d'images pour nourrir sa propagande. Mais le groupe subit depuis plusieurs mois une forte pression militaire et cherche aujourd'hui selon des experts à projeter une image de toute-puissance même si en réalité sa production médiatique a diminué. Cette semaine seulement, les forces irakiennes ont repris à l'EI la ville de Ramadi, tandis qu'en Syrie une coalition de rebelles arabes et kurdes a repris le contrôle d'un barrage stratégique dans le nord.