Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Les volcans d'Islande

    L'Islande est une île située dans l'Atlantique Nord de l'Europe. C'est une terre de montagnes, de glaciers et de volcans. La dernière éruption a eu lieu dans cette île dans les années 1820. Gudjon Helgason est l'auteur de l'Associated Press. Il écrit des nouvelles sur divers domaines, y compris le sport, la société, le divertissement, etc. Le volcan islandais Eyjafjallajökull, qui a éclaté en mars 2010 après une période de dormance de près de deux siècles, a non seulement déversé de la lave, du magma, de la roche et des nuages de cendres dans l'atmosphère. l'espace aérien à travers les parties de l'Europe du Nord a été fermé. Près de cinq mois se sont écoulés depuis l'éruption du volcan, mais les gens ne peuvent peut-être pas oublier son fort développement et ses graves conséquences. Si vous n'aviez aucune chance de voir ce phénomène naturel mortel, ces photos ci-dessous vous offriront des moments inoubliables. Les vacances en Islande sont en train de devenir l'idée de voyage la plus populaire, en raison des visites populaires des volcans. Ceci est attribuable aux éruptions près du glacier Eyjafjallajokull, où plus de 10 000 personnes ont déjà visité le site de l'éruption. Le volcan, près du glacier Eyjafjallajoekull en Islande, a commencé à éruption mercredi. L'éruption a attiré l'attention des touristes, des scientifiques et des photographes du monde entier. À une certaine époque dans les années 1920, des sociétés internationales voulaient acheter des terres près de Gullfoss, dans le quart sud-ouest de l'Islande, et y construire une centrale hydroélectrique. Sigriour Tomasdottir, la fille d'un agriculteur local, a aidé à mener l'opposition à l'usine. Les scientifiques confirment que Grimsvotn, le volcan le plus actif d'Islande, a commencé à faire éruption samedi, ce qui a prolongé la crainte d'une nouvelle éruption sur l'île de l'Atlantique Nord. Cependant, il existe des volcans volatiles et dangereux qui ont été actifs pendant des siècles. Les volcans sont les dernières choses qui perturbent les voyages aériens. En Europe, à la mi-2010, un volcan islandais a fait éruption, causant des perturbations massives et des retards dans le transport aérien depuis la côte est du Canada jusqu'à la frontière ouest de la Russie. Le mont Tambora, en Indonésie, qui a éclaté en 1815, a averti le monde entier de l'étendue des dégâts volcaniques. L'éruption volcanique a causé la mort de 100.000 personnes et l'année sans été "aux Etats-Unis et en Europe. Cette année, le mont Eyjafjallajökull en Islande est certainement une éruption potentielle à craindre. L'éruption d'Eyjafjallajökull est un rappel brutal de la capacité de la nature à paralyser brutalement l'activité humaine. Le nuage de fumée a perturbé le voyage aérien au-dessus de l'Europe occidentale et est devenu un mal de tête d'affaires important pendant des mois. Inutile de dire qu'à tout moment, des dizaines de volcans tremblent, fument et remuent tous les coins de la Terre. Voici les plus grandes éruptions volcaniques qui ont marqué leurs noms sur Terre en 2010 Selon le site officiel de la NASA a rapporté que l'éruption volcanique de l'Islande Yiyafala à la fin d'avril a été réduite, une période relativement douce durera environ une semaine. toutefois Santorin est l'île la plus magique et la plus grande merveille connue pour son volcan encore vivant. Il y a environ 3 500 ans, une grande éruption volcanique a détruit la partie intérieure de l'île. Le plus haut volcan actif d'Europe, le mont Etna, sur l'île de Sicile, dans le sud de l'Italie, a recommencé à faire éruption, le samedi 30 juillet 2011, en crachant des nuages de flammes et de cendres dans l'air. C'est la plus grande éruption en juillet avec des fontaines de lave atteignant 500 mètres. Heureusement, aucune victime ou dommage à la propriété n'a été signalé. Retrouvez toutes les infos sur l'organisation de séminaire en Islande en suivant le lien.

  • Quand la nounou tue les enfants

    Une nounou tuant à coups de couteaux les deux enfants dont elle a la charge, dans un chic appartement près de Central Park: ce drame de 2012, cauchemar des parents qui font garder leurs enfants, a commencé à se rejouer jeudi devant un tribunal new-yorkais, qui devra décider si la nourrice a tué délibérément ou dans un accès de folie. C’était le 25 octobre 2012, dans le quartier de l’Upper West Side. La nourrice, Yoselyn Ortega, 50 ans alors, frappait à coups de couteaux de cuisine Lucia, six ans, et Leo, deux ans, dans la salle de bains. Le père, Kevin Krim, était en voyage. La mère, Marina Krim, partie chercher Lucia à un cours de danse où la gardienne devait l’amener, était rentrée en panique à la maison avec son troisième enfant, Nessie, quand elle avait découvert que Lucia n’y était pas. Selon le récit de la procureure, Courtney Groves, non contesté par la défense, Mme Krim a retrouvé Yoselyn Ortega, une immigrée d’origine dominicaine, debout dans la salle de bains, les deux enfants morts, ensanglantés, l’un sur l’autre dans la baignoire. Mme Ortega a alors tenté de se suicider en se poignardant à la gorge. Elle a survécu. Près de six ans après, elle semblait imperturbable jeudi derrière ses lunettes, au banc des accusés, regardant droit devant elle alors que Marina Krim, 41 ans, entamait l’histoire de ce drame et de leurs relations, apparemment normales, commencées en mai 2010. Le témoignage de cette femme fine et énergique, qui depuis la tragédie a eu deux autres enfants, était électrique: ponctué de sanglots étouffés, de sourires parfois – quand elle se souvenait de ses enfants disparus – mais aussi d’accès de rage contre l’accusée et ses avocats. « J’ai besoin de te regarder un bon coup », a-t-elle déclaré à l’intention de la nourrice, avant d’entamer sa déposition. « C’est une menteuse », a-t-elle crié plus tard, avant de la traiter de « lâche » et de « dégoûtante ». A en croire Mme Krim, tout avait bien commencé avec Yoselyn Ortega: recommandée par sa soeur, disposant d’une solide référence, elle avait été embauchée pour « 18 dollars de l’heure et 500 dollars par semaine ». Institutrice de maternelle, Marina Krim avait choisi de ne plus travailler pour élever ses deux premiers enfants. Le salaire de son mari travaillant dans la high-tech leur suffisait pour mener une vie confortable. Mais arrivée au troisième enfant, Mme Krim avait besoin d’aide pour jongler avec les emplois du temps des grands, où danse, natation et dessin prenaient quotidiennement le relais de l’école et du jardin d’enfants bilingue. Ortega semblait faire parfaitement l’affaire: jamais en retard, respectant les demandes de sa patronne, ne demandant « jamais rien, même pas une augmentation ». Et Krim, qui communiquait avec elle en espagnol, était heureuse d’exposer ses enfants à cette culture. En deux ans et demi, Mme Krim ne se souvient que d' »une vraie dispute »: lorsque Krim crut l’aider à améliorer ses revenus en lui proposant de faire quelques heures supplémentaires pour une de ses amies, et qu’Ortega se comporta « de façon choquante » avec son amie, dit-elle.